L'histoire de Saint-Charles et Saint-Raphaël

De 1852 à nos jours

En juin 2008, le "trait d’union", journal de Kerfeunteun édita l’histoire de Saint Raphaël, à partir du dossier anniversaire 150 ans Saint Raphaël-Saint Charles réalisé par Marc SEZNEC (ancien élève et parent d’élève).

Affichages : 604
Lire la suite
( 0 Votes ) 

En 2002, L’école Saint Raphaël fêtait son 150 ème anniversaire.

A cette occasion l’école organisa un grand spectacle au pavillon de Penvillers suivi d’un grand repas. Sur Scène se succédèrent toutes les classes de la maternelle au CM2. Chants, musiques, théâtre se succédèrent. On retiendra notamment la prestation des institutrices qui se mirent en scène dans "l’école d’autrefois".

 

les chants du spectacle

Affichages : 518
Lire la suite
( 0 Votes ) 

Une nouvelle page à écrire...

 

Née en 1910, l’école Saint Charles fut d’abord une école primaire jusqu’en 1945. Dans les années 1950 s’y rajouta le cours complémentaire qui, une 10aine d’années plus tard, fut transféré à Saint Yves. Dans les années 1960, l’école primaire fut reconstruite et transférée dans le clos du séminaire. Le Likès installa alors ces classes techniques de CET et LEP dans les bâtiments de Saint Charles.

Affichages : 505
Lire la suite
( 0 Votes ) 

Saint Charles, comme le phénix...

 

En 1986, le Likès ayant adapté son infrastructure, est décidé la réintégration en son sein des 600 élèves du CET et LEP qui occupaient les anciens bâtiments de Saint Charles. La vente de l’ensemble Saint Charles rue Maria Chapdelaine est officialisée. Un programme immobilier est prévu pour remplacer l’école. Il faudra attendre encore 3 ans avant que les premières pelleteuses viennent clore définitivement en novembre 1989 l’histoire de Saint Charles rue Maria Chapdelaine.

Affichages : 487
Lire la suite
( 0 Votes ) 

Saint Charles à son apogée

En 1954, M. Bescond était remplacé par M. Moal qui agrandit l’école entre décembre 1957 et 1959 pour faire face à l’augmentation régulière des effectifs.

Affichages : 562
Lire la suite
( 0 Votes ) 

Saint Charles, grandeur et décadence...

 

L’école tourne à plein régime. En 1966, Mr Laouénan, procéde à l’achat d’un terrain derrière le séminaire, afin d’y construire une annexe. L’année précédente, deux classes du C.E.T. du Likès s’étaient installées à Saint-Charles, sous la responsabilité de Mr Champroux.

Affichages : 487
Lire la suite
( 0 Votes ) 

Saint Charles, les années noires...

 

Saint Charles entre en guerre…

A la déclaration de guerre en septembre 1939, l’école servit de centre de mobilisation pour un bataillon du 318ème pendant une dizaine de jours. A peine la troupe partie, le Colonel-Médecin Descomps s’en vient réquisitionner l’établissement comme hôpital militaire. Cette réquisition était prévue, car dès 1934, les demandes avaient été faites auprès de Mgr Cogneau et du directeur ; on faisait appel pour cela à leurs sentiments patriotiques. La réponse avait été qu’on voulait bien faire son devoir de Français, mais « qu’il ne pourrait être question que d’une installation restreinte, devant nécessairement permettre à l’école de continuer à fonctionner ».

Affichages : 602
Lire la suite
( 0 Votes ) 

Saint Charles avant la seconde guerre mondiale...

Nous vous proposons un premier épisode de l’histoire de Saint Charles. Les autres épisodes sont en cours de travaux.

09 octobre 1910 : Bénédiction de l’Ecole chrétienne des garçons SAINT CHARLES...

En 1910, la population de Kerfeunteun était en pleine expansion et, le nombre de fidèles allant croissant, l’église ne suffisait plus à les accueillir tous (bien que les chapelles de Kernilis et Menfoues servissent régulièrement).

M. Charles Péron, recteur de la paroisse de Kerfeunteun, ouvrit une souscription pour subvenir aux frais de construction d’une nouvelle église… Mais cette souscription fut loin d’être suffisante. Cet argent demeurant disponible, il eut alors l’idée de construire une école de garçons dont le besoin se faisait beaucoup sentir, depuis que le petit séminaire (collège Saint Vincent)  de Pont-Croix, avait pris la place des Frères au Likès, ceux-ci ayant dû quitter leur école à la suite des lois sur les congrégations.

Affichages : 462
Lire la suite
( 0 Votes )